A LA UNEAFRIQUEMONDESOCIETE

Conférence ministérielle de Marrakech sur le Sahara marocain : L’Afrique réaffirme son soutien à la décision de l’ONU

Les Etats africains ont tenu ce lundi 25 mars 2019 à Marrakech, au Royaume du Maroc, une conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union Africaine au processus politique des Nations-Unies sur le différend régional concernant le Sahara marocain.
Au cours de cette rencontre qui a réuni plusieurs pays africains, il a été question de réaffirmer le consensus de l’Afrique autour de la décision 693, adoptée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine, à Nouakchott, en juillet 2018, au sujet du Sahara marocain.

La conférence ministérielle africaine intervient dans un contexte où certaines actions cherchent à contrarier l’esprit de la lettre de la décision Assembly/AU/Dec.693 (XXXI), adoptée par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine lors de la 31éme session ordinaire de la Conférence de l’UA, qui s’est tenue à Nouakchott, les 1er et 2 juillet 2018.

La décision 693 a « établi un mécanisme africain comprenant la Troïka de l’Union Africaine à savoir les Présidents sortant, en exercice et entrant de l’UA, ainsi que le Président de la commission, pour apporter un soutien efficace aux efforts conduits par les Nations Unies ».

Elle a consacré la primauté du processus onusien dans la gestion de la question du Sahara, en excluant tout processus parallèle. L’objectif de la conférence est « de rassembler et d’unir autour du respect de l’esprit et de la lettre de la décision de Nouakchott, en évitant la cristallisation de divisions internes pouvant compromettre la résolution du conflit régional et nuire à la stabilité, la cohésion et l’efficacité de l’organisation ».

Dans son allocution, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale du Royaume du Maroc, Nasser Bourita, a expliqué que la décision 693 sur la question du Sahara marocain, contribue, assurément, à installer la sérénité à l’échelle de l’Union Africaine, du continent africain et aussi des institutions internationales.

Selon le numéro 1 de la diplomatie du Royaume du Maroc, la décision 693 consacre un mandat exclusif de la Troïka, mettant fin ainsi à la cacophonie et à la prolifération d’actions à tout va.
Rejoignant la position de l’écrasante majorité des pays africains, la décision dispose également que la Troïka doit apporter un soutien efficace et un « appui aussi large que possible aux efforts que mènent les Nations Unies » au sujet du Sahara marocain.

« Ainsi, la décision 693 replace la question du Sahara marocain dans son cadre idoine : celui des Nations Unies. Elle, permet, de ce fait, de dépolluer les travaux de l’UA, et d’immuniser l’Union face à toute tentative inappropriée de la dévier du chemin de l’unité et de l’intégration. Dès lors, elle préserve la cohésion de notre organisation, face à une question qui l’a toujours divisée », a souligné le ministre Nasser Bourita.

Consolidation des paramètres et directives établis par la 693

Selon le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale du Royaume du Maroc, le sens authentique de la décision 693, ne doit être ni réinterprétée, contournée ni instrumentalisée. Il s’agit plutôt de la prémunir, préserver, et de la conforter.

ISOCEL TELECOM

Dans l’objectif d’une consolidation, la Conférence a été donc l’occasion de rappeler les paramètres et directives établis par la décision 693.

Nasser Bourita cite l’exclusivité des Nations Unies dans la recherche de la solution politique, ce qui implique que l’ONU est la seule responsable du dossier du Sahara marocain. Le ministre mentionne également l’exclusion de tout processus parallèle à celui des Nations Unies, ce qui suppose que ces dernières demandent à l’UA un rôle de soutien et d’appui à leurs efforts et non d’interférence.

Le soutien de l’UA aux efforts des Nations Unies se résume à appuyer, préserver et protéger les efforts du Secrétaire Général et son envoyé personnel, et non pas les compromettre ou les concurrencer par un processus parallèle.

Enfin, signale-t-il la Troïka est l’instrument pour affirmer ce soutien, ce qui révèle que la référence à la question du Sahara marocain, doit se faire, uniquement, au niveau de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement, via le mécanisme de la Troïka.

« Ce sont ces mêmes paramètres qui permettent à l’UA de se poser en soutien au processus politique mené dans le cadre des Nations Unies, et de s’inscrire dans la lignée des résolutions du Conseil de Sécurité, qui appellent à une ‘’solution politique, réaliste, pragmatique et durable, qui repose sur le compromis’’ », a souligné le ministre des Affaires du Royaume du Maroc.

D’après lui, la position du Royaume du Maroc « ne cherche, en aucun cas, à minorer le rôle de l’Afrique.
Citant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le ministre Nasser Bourita déclare que « c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership ». Pour le ministre, le leadership implique entre autres à « veiller à la cohésion des pays africains dans une mise en œuvre sereine et apaisée des processus liant l’Union Africaine à ses partenaires extérieurs ».

Au terme de la Conférence, les Etats africains, membres de l’Union Africaine ont réaffirmé « leur attachement indéfectible à une Afrique unie, stable, proactive et prospère, parlant d’une seule voix et à même de répondre aux défis multidimensionnels du monde complexe d’aujourd’hui et de demain.

Par ailleurs, ils s’engagent à préserver l’esprit et la lettre de la décision 693, fruit de consultations approfondies du Président de la Commission et objet d’un consensus salutaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement, tenant compte de son rôle fondateur dans le retour à la sérénité dans les travaux de l’Union Africaine.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock Détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité